Espiiem, Noblesse oblige.

(Espiiem débarque au troisième couplet)

Genèse 

C’était en Janvier 2008, je grinçais des dents sur des sujets d’ontologie, d’éthique, ou encore d’épistémologie. La philosophie est une discipline exigeante, et la première année est un véritable écrémage : On vous bombarde de concepts tous plus obscurs les uns que les autres. L’idée est de décourager les plus faibles pour les envoyer en littérature, langues étrangères, ou autres sciences humaines plus accessibles. le fond du trou restant la sociologie. Celui qui s’engage dans cette voie ne connaitra jamais le bonheur et sera la risée de tout le corps académique et ce n’est que justice.

C’est également en première année de philo que j’ai rencontré Igor, alias l’Etrange. Ce fut une rencontre déterminante, car elle m’a ouvert au rap d’aujourd’hui qui germait à l’époque, avec Cas de Conscience, où  Espiiem posait les premières pierres du rap actuel.

Espiiem déploie au sein de Cas de Conscience un rap résolument conscient, respectueux des codes établis du genre, mais avec un flow et des lyrics déjà bien au delà de ce qu’on pouvait entendre habituellement. L’écueil auquel échappe rarement le rap conscient étant de tomber dans le discours moralisant, ce qui énerve tout le monde. Espiiem a su éviter cet écueil avec grâce, se faisant témoin de son époque, des rues et des hommes qui l’entouraient. Un travail de description, plutôt que de jugement. On y percevait une mélancolie, inhérente aux jeunes poètes. Celle ci disparaitra avec le temps. Temps qui déjà changeait. Nous sommes en 2010, Cas de Conscience vit ses derniers mois, et la vie et l’oeuvre d’Espiiem vont changer de direction.

 

Évolution

La disparition tragique de l’Homme de l’est mis fin au projet Cas de Conscience, et je n’entendis plus Espiiem pendant de longs mois. J’avais fini par croire qu’il avait bien arrêté le rap, comme il me l’avait annoncé la dernière fois que nous nous étions croisés à Tolbiac. Et puis, un jour d’été 2011 ou je chinais du son sur Youtube, je tomba sur un clip de la formation the Hop, avec Espiiem en MC. J’avais l’impression d’assister à une renaissance. Le meilleur rappeur parisien reprenait du service.

Le flow n’a rien perdu de sa virtuosité, il a même gagné en fluidité, les paroles reflètent un message d’espoir, moins tourmenté, plus tourné vers l’avant. Ce sera désormais le crédo d’Espiiem, un flirt entre la sagesse, la foi et les nuits parisiennes.

Espiiem a donc repris du service, et il sera, de 2011 jusqu’à aujourd’hui, très actif. bâtissant patiemment, pierre par pierre, un projet de plus en plus fort. Une chanson manifeste, Supernova, et quelques sessions lives plus tard, et parait en été 2012 un E.P gratuit de 9 titres  L’été à paris.

De la première plage (21 Juin) à la dernière (22 septembre), on peut deviner un fin lecteur de Nietzsche et des sourates coraniques, les pieds sont ancrés avec joie dans la terre, le regard est levé vers le ciel. On sent comme une chaleur dans la musique, bien plus Soul qu’avec cas de Conscience, ou perlait un Hip-Hop sombre et froid. (voir « Chaque jour qui se crée ») Ici, on célèbre Paris, les soirées à trainer avec les potes, l’élévation, dans la joie et la souffrance.

 

Haute Voltige

« Mon angoisse me glace le sang, j’approche de l’état de grâce, je le sens. »

Cette phase résume à elle seule l’étrangeté, la complexité et osons le mot, la difficulté du mini-album Haute Voltige, paru en Septembre 2013. Espiiem y opère à nouveau un virage à 180 degrés. On pourrait parler de quête métaphysique, les prods y sont nuageuses, plus expérimentales. La basse y tient une place prépondérante, les paroles sont volontiers oniriques. Espiiem part en quête de son destin. Il nous parle de sa foi, de ses doutes, de sa spiritualité, qui semble tenir dans son oeuvre une place de plus en plus prépondérante.

Le flow saccadé, moderne, rappelle parfois un Booba ou un Joke. La teneur des lyrics, en revanche, ne peut nous tromper : C’est bien à Espiiem que nous avons à faire, à ses punch lines uniques, mathématiques. Il cherche Dieu, sa propre voix, son public. Conscient de cette recherche, Espiiem n’a jamais cherché à l’imposer. Si l’on veut avoir des nouvelles de cet artiste élusif, il faut aller les chercher. Il y aura toujours quelques nouveaux sons de lui sur youtube, apparus on ne sait comment.

Haute Voltige se situe à mi-chemin entre l’hybris et la sainteté. On peut ressentir le souffle de Dieu, son regard, et le bien nommé Mohammed. Il contemple parfois l’abysse (Paso Doble) et, (peut on s’en étonner?) l’abysse le contemple en retour.

 

Noblesse oblige

Noblesse Oblige, le prochain et premier album du Noble, nous donnera la suite de l’histoire. Espiiem est ce talentueux rappeur qui tire de chaque mouvement de son âme l’Or du temps, la substantifique moelle. J’ai hâte de voir ou cette quête de soi le mènera.

C’était un jour calme à la fac de Tolbiac. Juin 2010, période de partiels ou les étudiants se croisent, tendus, entre deux épreuves, entre deux voyages. Nous étions tombés l’un sur l’autre, et nous avions parlé d’Igor, de philosophie, de littérature et de rap. Je te disais que je m’y intéressais de plus en plus, tu me disais que tu voulais arrêter pour écrire de la prose, tu m’as parlé de ta passion pour « le Maitre et Marguerite » de Boulgakov. Je suis heureux que tu ai changé d’avis.

Continue ta route, camarade. Fais vivre ce morceaux.

  • taro

    merci pour ce partage d’anecdotes sur le « mystique » Espiiem