Haute Fréquence : RHYE, Caresse emotionelle

« I’ll be that pretty noise for you, I’ll be that sonic boom. »

Si vous ne deviez retenir qu’un seul album pour l’année 2013, retenez celui ci. Je vais vous parler de RHYE, un duo de génie qui mélange en une mixture riche et sophistiquée RnB, Jazz, electro et musique classique.

Le titre du premier album du duo RHYE s’intitule Woman. C’est une célébration de la femme et de l’amour. L’artwork de la pochette, particulièrement beau, est une photo en noir et blanc représentant les épaules d’une femme jetant sa tête en arrière, comme au comble du plaisir. Le ton est donné, la musique de Rhye sera charnelle, sensuelle et intelligente.

Le premier single, Open,qui est également la chanson d’ouverture de l’album, est époustouflante de qualité. Sur un beat lent, une basse chaloupé et précise nous plonge dans une écoute pleine de sensualité, les cordes arrivent aux refrains, avec une guitare et des violons très écrits, léchouillant cette basse grassouillette. la voix du chanteur est si belle, si féminine, que j’ai moi-même cru qu’une femme chantait.

Vient ensuite The fall, qui est à mon sens le véritable chef d’oeuvre de cet album. Le clip qui lui est dédié est un récit mélancolique sur le temps : un homme entre deux âges, se retrouve à une fête, et parcourt sa jeunesse folle en souvenir, en voyant sa femme bavarder avec les invités, si banale, et plus vieille. Ou est passé ce temps ou l’amour lui tendait les bras à chaque sortie. Il s’enfonce dans la mélancolie, se remémore les jeunes filles en fleurs qui posaient des regards plein de désir sur lui. Ce regard d’enfant perdu dans les yeux de cet homme mur vous arracherait des larmes.

un piano en demi teinte ouvre la chanson, suivi de la voix lascive du chanteur « Ooooh, Make love to me, before you go away. Can’t you stay » les cordes qui accompagnent le chant, évoluant avec lui, amènent une ambiance cinématographique à l’ensemble. Chaque chanson devient une histoire. La basse lente, syncopée, parcourt tout l’album, et lui donne, alliée à la voix du chanteur, ce coté charnel, chaud et liquide . 5on retrouvera beaucoup de références à l’eau : des bruits de goutte utilisées comme des percussions, des violons nageant avec aisance dans l’harmonie, une boite à rythme sourde et discrète, comme venant des profondeurs de l’eau.

Woman est un album urbain, sensuel et mélancolique. Il ne saura s’apprécier qu’avec une sono impeccable : en effet, nous avons la un travail d’orfèvre. la reverbe et la chaleur sont savamment calculées, suffisamment la pour nous plonger dans son univers immersif. Les sons sont chauds et nocturne. on pourra écouter cet album sous la couette avec la femme qu’on aime, un dimanche pluvieux, ne pas sortir de la journée. On pourra l’écouter en ville dans un casque, et regarder la foule impatiente avec calme et volupté, observer ces femmes et ces hommes qui courent, se dire qu’il serait bon de faire une pause, de plonger sous les draps avec une femme qu’on aime, retenir le temps qui passe et nous passe au dessus, boire un thé, offrir des fleurs, faire l’amour et pleurer après, parce que c’est bon aussi.

Si la musique de Woman est impossible à mettre dans une case, la plupart des critiques s’accordent à utiliser le terme RnB pour la décrire. Mais nul part dans le RnB n’ai-je entendu des violons aussi poignants, des arrangements aussi travaillés. On dira donc RnB, mais cet album transcende les genres. On y retrouve du Sade, de l’electro, du jazz, des années 80. Tous les amateurs de musique y trouveront leur compte. C’est un des meilleurs opus qui m’ait été donné d’entendre depuis fort longtemps. Le public et la critique ne s’y sont pas trompés, l’album fut un succès. RHYE joue ses concerts à guichets fermés et leur fan base, de plus en plus nombreuse, attend le prochain effort avec fièvre. Allez les voir en concert si vous en avez l’occasion. En chemin, repassez vous leur album : Il est très adapté à la saison : des feuilles qui se jettent sur la ville, comme des femmes amoureuses.